E.H.P.A.D. 
St Jaques et St Christophe

14220 Cesny-Bois-Halbout

Tél : 02 31 78 31 68
Fax : 02 31 78 08 49


image

 

 

 

 

 

 

 

 

De Mulhouse à Paris, 35 étapes pour le marcheur militant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'initiative

De maison de retraite en maison de retraite, Jean Ricard marche. Trente-cinq étapes et 850 km pour tenter de mobiliser sur les conditions réservées aux personnes âgées.

Jeudi midi, c'est à l'Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Asile de Marie, que Jean Ricard, accueilli par Marie-Céline Huck, la directrice de l'établissement, Stéphane Tillard, directeur de l'Ehpad de Cesny-Bois-Halbout et Paul Chandelier, maire et conseiller départemental, a fait une pause.

Militantisme et reconstruction personnelle

« Il y a dix-huit mois, j'ai fait un accident vasculaire cérébral. Les médecins m'ont dit qu'il ne valait mieux pas que ça se reproduise, que je n'aurai pas toujours autant de chance. Il faut dire que j'étais plutôt un malade du travail. »

Directeur d'établissement accueillant des personnes âgées, Jean Ricard ne s'est pas ménagé pendant toute sa vie. Son travail était sa passion. Cet accident vasculaire a été un signal d'alarme et il a décidé, comprenant que tous les directeurs de maisons de retraite et les personnels étaient dans le même cas, d'aller à leur rencontre en informant le plus possible d'élus et de décideurs de la nécessité de reconnaître le travail réalisé auprès des personnes âgées.

« C'est une part importante de notre société qui vit dans ces établissements. » Et selon lui, rien ne va plus. Jean Ricard souhaite faire bouger les élus.

« À la suite de la canicule de 2003, qui a fait 15 000 morts, une caisse de solidarité a permis d'enregistrer 4,5 milliards d'euros, mais les personnes âgées n'en ont pas vu la couleur ! Même chose avec la taxe supplémentaire, qui a généré 650 millions, depuis neuf ans. Aujourd'hui, on en est même à proposer des aides d'un quart d'heure ou d'une demi-heure aux personnes qui auraient besoin de plusieurs heures par semaine. Il n'y a plus de personnel infirmier la nuit. On multiplie les protections urinaires parce qu'on n'a pas assez de personnel pour les changer. Où est l'apprentissage de l'autonomie ? »

Un site permet de suivre la marche de Jean Ricard : https ://www.facebook.com/jeanricardmarche.

Son périple, commencé le 11 avril, s'achèvera le 24 juillet, à Paris.

 

La maison de retraite accueille un randonneur peu ordinaire

Cesny-Bois-Halbout - 13 Juillet

Jean Ricard échange avec des résidents conviés à un apéritif amélioré dans la salle de restaurant.

Jean Ricard échange avec des résidents conviés à un apéritif amélioré dans la salle de restaurant. 

Vendredi midi, dans le restaurant de la maison de retraite, les personnes âgées attendaient un invité. Jean Ricard, délégué régional AD-PA (association des directeurs aides aux personnes âgées) s'est lancé un défi après un accident vasculaire. Faire le tour de France des maisons de retraite. « Ce sont les directeurs qui m'ont sollicité pour passer dans leur établissement »,explique-t-il.

Une aventure qui dure depuis le mois d'avril et prendra fin le 24 juillet à Paris. L'objectif, le PEA (plan emploi autonomie) proposé par AD-PA qui préconise la création de 200 000 emplois.

Pousser à l'innovation

Stéphane Tillard, directeur, accueillait deux de ses collègues, Elise Gambier de Villers-Bocage, et Delphine Guillo d'Aunay-sur-Odon.

Les trois jeunes dirigeants échangent avec Jean Ricard. « Je rencontre des équipes fatiguées, des directeurs au moral en baisse », lance-t-il. Stéphane Tillard insiste sur l'idée que « sans l'engagement des professionnels, on n'est rien. La prise en charge a beaucoup évolué, le personnel est mieux formé. »

Élise Gambier renchérit : « On ne valorise pas assez les choses qui sont faites. Entrer en maison de retraite doit faire partie d'un projet, c'est une option possible. On ne met pas assez en avant le fait que la maison de retraite peut être un endroit où l'on est bien. »Stéphane Tillard ajoute : « L'entrée en maison de retraite est souvent vécue avec un sentiment de culpabilité par les familles. »

Les maisons de retraite communiquent plus entre elles. Delphine Guillo précise : « Nous avons des échanges. Les résidents sortent. Il y a plus d'ouverture ». « En revanche, les régions doivent pousser à l'innovation par des appels à projet. Mettre en avant les réalisations »,insiste Élise Gambier. Stéphane Tillard est un habitué des appels à projets. « C'est une nécessité, même si c'est fastidieux. Si les contraintes budgétaires sont pesantes, la motivation des équipes et le bien-être des résidents nous donnent l'énergie pour le faire. »

Jean Ricard repart séduit par l'ambiance qui règne dans l'établissement : « Dans mon périple, je vois des choses qui me font bondir. Mais je rencontre aussi une nouvelle génération de directeurs qui fait évoluer l'image de la maison de retraite. »

 

image

 © Copyright 2017 EHPAD ST JACQUES ET ST CHRISTOPHE Tous Droits Réservés
plan du site
Devis site Internet